Distribution

Pierre Arditi, François Berléand, Tonie Marshall

Résumé

Dans ce spectacle, Roland Topor et Jean-Michel Ribes livrent une fantastique bataille contre la bien-pensance et la raison au fil de cinq petites saynètes complètement loufoques, absurdes et très drôles : deux naufragés qui se disputent sur un radeau de fortune, une inquiétante scène de séparation, une improbable rencontre entre 2 alpinistes à 4000m d’altitude, les retrouvailles d’anciens amis et rivaux, les lieux et les situations changent mais à chaque fois il y a affrontement, il y a bataille de mots et d’esprits, et quoiqu’il en soit, à la fin c’est le rire qui gagne !

Pourquoi faut-il voir cette pièce ?

DROLES DE BATAILLES - Ces « batailles » imaginées par Jean-Michel Ribes et Roland Topor représentent beaucoup de ce qu’on aime au théâtre : présentées sous forme de sketches, elles jouent sur les mots que les personnages se décochent comme des flèches. Véritables petits cocktails de mauvaise foi assaisonnée d’humour, de poésie et d’intelligence, ils sont servis par d’excellents acteurs en totale symbiose qui nous régalent de plaisir. Tonie Marshall, Pierre Arditi et François Berléand s’emparent de cette partition avec virtuosité, élégance et férocité pour notre plus grand bonheur.

Avis de la presse :

« Ces Batailles ont deux grands généraux, Jean-Michel Ribes et Roland Topor. Généreux dans l’écriture, ils savent conduire le combat, avec humour, poésie, sans lésiner sur les métaphores, l’imaginaire et le lyrisme. Comme c’est bon d’entendre la mitraille exploser dans la salle. Le rire est libérateur et non oppresseur. » Pariscope

« Et voilà que de phrase en phrase (bêtes et méchantes, les phrases), de minute en minute (silencieuses ou bavardes), peu à peu tout décolle. A quatre mains, Roland Topor et Jean-Michel Ribes sculptent de mots simples, apparemment innocents, anodins, nos plus indicibles vertiges. » Télérama

« Pierre Arditi joue avec tous les feux de l’esprit allumés. François Berléand opte pour une interprétation plus en retrait, finement souterraine ou ahurie. Tonie Marshall distille un charme vachard. » Les Echos

Tournage

Créée au Théâtre du Rond-Point en février 2008 et filmée en mars 2008. Réalisation Jean-Michel Ribes.